L'eau

Kourientine ne dispose que d'un seul puits. Construit en 1983, il se dégrade d'année en année par manque d’entretien. Les systèmes d'abreuvoir ne sont plus fonctionnels et la dalle qui l’entoure s'effrite. Le bétail souille les abords du puits, son pourtour est boueux, en saison des pluies l’eau est de mauvaise qualité, les moustiques prolifèrent. L’objectif de l’association est de restaurer le puits, assainir et organiser ses abords.

Le projet consiste à réhabiliter le puits et à aménager son pourtour en créant des espaces dédiés au lavage du linge, à la toilette des enfants, au lavage des aliments, et, à l’abreuvement du bétail. Ce chantier pourra être l’occasion de tester un système d’assainissement des eaux usées par phytoépuration.

Le puits du village est la seule source d'eau "potable" du village. C'est aussi le point de rencontre des villageois, mais aussi des animaux dont la proximité est indésirable d'un point de vue sanitaire.

La première phase de travaux a pu commencer comme prévu malgré l’état d'urgence sanitaire instauré il y a plusieurs semaines au Sénégal, mais rassurez-vous, aucun cas positif de Covid-19 n’a été recensé dans la région à l’heure où nous écrivons ces lignes ; mais c’est grâce aux analyses prouvant la mauvaise qualité de l'eau du puits qui ont été reconnues comme urgence sanitaire que les autorités ont permis à l'entreprise "La Villageoise" de Tambacounda de rejoindre Kourientine pour réaliser les travaux d’entretien et de curage du puits. Ces travaux ont été terminés le 25 avril dernier.

 


Vider le puits de son eau demande un système de pompage très puissant !


Une pompe immergée est raccordée à un tuyau d'évacuation


Une fois la pompe en marche, c'est la cohue pour récupérer l'eau ! Pas évident à la vue du débit !


Et le chef Djambala qui surveille le pompage


Sekou s'installe sur les buses intérieures qui permettent la filtration de l'eau. Il doit d'abord nettoyer les déchets qui se sont retrouvés coincés entre les buses et la paroi du puits. Cet espace est normalement comblé par un chapeau en béton, mais ce dernier a été détruit lors des inondations de 2003. C'est notamment la cause de la contamination des eaux du puits.
 


Sekou procède ensuite à la condamnation du puits, c'est à dire qu'il ferme l'espace entre les buses et la paroi du puits en posant des grosses pierres tout autour des buses.


Un très gros moteur !


M. Diarra, chef de l'entreprise "La Villageoise"


Les spectateurs
 


Le puisatier Sekou s'introduit dans le puits


Une partie des déchets qui s'accumulent malencontreusement au fond du puits. Parmis lesquels des morceaux de bois que les enfants utilisent pour accrocher la poulie lorsqu'ils sont trop petits, des morceaux de tissus et des plastiques que les femmes utilisent pour boucher les trous de leurs seaux ou attacher des pierres comme lest, des foulards qu'elles utilisent pour porter les bassines sur leur tête et divers objets jetés par les jeunes enfants indiciplinés, etc...


Il cimente ensuite le tout. Ainsi, aucune pollution extérieure ne pourra s'infiltrer dans cet espace.

Pour le 2ème jour de travaux, l'objectif était de vider les 7m de colonne d'eau afin de curer le fond du puits, plein de sable et de déchets divers.

Mais voilà, les buses progressivement débouchées faisaient rentrer l'eau dans le puits plus vite que la pompe ne la faisait sortir. C'est dire que le puits a un sacré débit ! Le moteur de la pompe n'était visiblement pas assez puissant, et il a fallu attendre que l'entreprise puisse apporter une nouvelle pompe plus puissante, qui était utilisée sur un autre chantier. Pour ne pas perdre la journée, les puisatiers ont fait quelques petites retouches au ciment rapide de la paroi du puits, afin d'éviter les infiltrations de surface.


Sekou en mode spiderman colmate les fissures de la paroi du puits
 


L'important est d'avoir pu retirer tous les déchets et vérifier que les buses étaient en bon état. Le sable resté au fond n'est pas si grave et il servira de matière filtrante. Les jointures entre les buses cimentées, la condamnation est ainsi réalisée. Ensuite l'eau a été désinfectée (chlore).


10 jours plus tard, la nouvelle machine, rapidement installée a pu réaliser la suite des opérations, pour le plus grand plaisir de tous.


Le puisatier a pu faire remonter plusieurs brouettes de sable avant de devoir renoncer à curer complètement le puits vu la difficulté du travail.

 

L'équipe de "La Villageoise" est donc repartie après avoir réalisé cette première phase des travaux. La suite du projet d'aménagement du pourtour du puits sera réalisée plus tard en fonction des ressources disponibles ainsi que de l'évolution de la situation liée au Covid-19. Pour l'instant, les villageois sont très heureux de pouvoir consommer l'eau du puits sans crainte. Il faudra néanmoins adapter et faire respecter par les usagers certaines règles et mesures d'hygiène pour assurer la pérenité de l'opération.

En 2021, la deuxième phase des travaux d'aménagement du pourtour du puits on pu débuter, grâce au don du Comité d'entreprise de Thalès. 

Le puits avant et après les travaux.

 

Visite d'une délégation d'élus de la commune de Sinthiang Koundara.

  

ASSOCIATION NAWARI KOURIENTINE
1 Streat Kervéoc
29840 PORSPODER - FRANCE
Téléphone : +33 (0)6 80 25 04 60
Courriel : nawari.kourientine@gmail.com
N° SIRET 853 848 075 00018 – APE 9499Z